Guinée, Conacry : 7morts lors de la manifestation du 10 Mai, quid de l’inconnu observé en public détenant une arme ?

Mercredi 10 mai, jour de manifestation soldée par sept morts à Conakry, un individu habillé en civil détenant une arme automatique a été filmé à Cosa dans la commune de Ratoma au milieu de deux gendarmes.

Le quidam est descendu à bord d’un véhicule non immatriculé. La vidéo a tourné en boucle sur l’ensemble des réseaux sociaux, avec des commentaires controversés.

Interpelé jeudi 11 mai 2023 sur cette vidéo, le porte-parole du Gouvernement Ousmane Gaoual Diallo a déclaré que si la personne est identifiée, la justice « devra agir ».

« Il ne faut pas faire d’amalgame. On a tous vu une vidéo dans laquelle quelqu’un détient une arme. Détenir une arme en public, c’est peut être une infraction. Si la personne est identifiée, la justice devra agir conséquemment. Il y a déjà eu un précédent. Mais ce qu’il ne faut pas faire, c’est de faire le lien entre le mort qu’il y a eu là-bas et cette vidéo. Il faut laisser la justice agir », a prévenu Ousmane Gaoual Diallo.

Selon lui, dans un passé récent, son institution judiciaire a été prompte à réagir lorsqu’un policier a été vu avec une arme de pointe la pointant sur des citoyens. La justice n’a pas tardé là-dessus. Il appelle ainsi la population à compter sur la réaction de l’institution judiciaire pour y faire face.

“Qu’à cela ne tienne, cela n’enlève en rien la responsabilité de ceux qui ont appelé à manifester ”, a-t-il martelé.

La nuit de la même journée, des responsables du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), Oumar Sylla, alias Foniké Mangué, Ibrahima Diallo et Mamadou Billo Bah, détenus à la sûreté de coronthie pendant plusieurs mois, sont sortis de prison à 22 h 30 (GMT et locales). “Ils sont totalement libres”, a affirmé Abdoulaye Oumou Sow, le responsable de la communication du FNDC, un collectif qui conteste la junte au pouvoir en Guinée.

Barry Diop

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page